Ancrage blockchain des créations, Quésaco ? 

Pour protéger une création, il est primordial que l’auteur donne une date certaine à sa création afin de prouver son antériorité et pouvoir se prévaloir de son droit. Pour plus d'information, se référer à l'article sur l'importance de la date certaine. La technologie blockchain permet cela à moindre coût par l'ancrage de la preuve de vos créations dans des registres répliqués.

Qu’est-ce que la blockchain ?

 

C’est une base de donnée c’est-à-dire un registre pouvant contenir tout type d’information et/ou fichier sous forme numérique simultanément enregistrée et partagé entre tous les ordinateurs d’un même réseau. Lorsque ces ordinateurs font partie du réseau de la blockchain ils sont appelé des nœuds du réseau. Le mot blockchain vient initialement de son algorithme additionnant les registres de manière linéaire afin que chaque ordinateurs puissent en avoir une copie dans le même ordre et à la bonne date. Pour illustrer ce propos c’est comme si chaque nouvelle page contenaient le résumé des anciennes de sorte que tous les ordinateurs enregistrant les nouvelles puissent avoir connaissance de l’intégralité des anciennes. Cela permet aux nœuds de vérifier l’intégrité des nouvelles versions transmises et de s’accorder sur le contenu et la date de créations de toutes les pages. Plus il y aura d’ordinateur faisant partie du réseau plus l’informations sera répliqué et vérifié par ses membres.

 

Qu'est-ce que l'ancrage blockchain d'une création ?

 

La blockchain réplique sur l'intégralité des ordinateurs faisant partie de son réseau (les nœuds) son registre et horodate chaque modification pour s'assurer que tous le monde dispose bien de la même version.

Le fait d’enregistrer la preuve d’une création dans la base de donnée d’une blockchain permet premièrement de dater la création de son œuvre et deuxièmement de répliquer cette preuve (de la date et de votre création) dans la mémoire de l’intégralité des nœuds du réseau ce qui, dans les faits, rend extrêmement difficile toute modification à posteriori. Même le prestataire de services d'horodatage est incapable de modifier ce qu'il a enregistré. Il faudrait pour ça contrôler tous les ordinateurs du réseau. Là est la valeur ajoutée de cette solution par rapport à beaucoup d'autres qui contrôlent leur serveur. Le créateur ne peut pas s'accorder avec la blockchain pour modifier une preuve. Dans beaucoup d'autres solutions basée sur des systèmes centralisés dont on ne citera le nom, cela est possible. Scott Stornetta et Stuart Haber, des informaticiens reconnus pour leurs travaux sur les systèmes informatiques d’horodatage iront même jusqu’à qualifier ses anciennes solutions de « naïve ». En effet, selon eux, en pratique, rien n'empêche un organisme aussi réputé soit-il de s’accorder avec un client pour modifier sa date de dépôt.

 

En pratique, comment protéger sa création via une blockchain ?

 

Il existe plusieurs manières d’enregistrer une œuvre dans une blockchain . Cet article en donnera une afin de permettre aux auteurs de se créer eux-mêmes des preuves en utilisant les algorithmes connus.

Pour assurer la protection de son œuvre il sera d’abord nécessaire d’obtenir la preuve de son existence. Par exemple, pour un logiciel, pourra être retenu : les travaux préparatoires (ex : cahier des charges), le code sources et le code objet. Pour des objets matériels, il sera nécessaire d’en prendre des photos ou de réaliser un modèles 3d. Tant que la donnée est numérique, elle peut être enregistrée. Une fois les preuves de création établie sur un fichier il est conseillé de le haché au moyen d’un algorithme de hachage afin d’en garder l’empreinte numérique. Ce système permet de garantir l’intégrité d’un fichier en rendant visible toute modification. En effet, si le fichier a été modifié d’un seul pixel, l’empreinte sera totalement différente. Ensuite il suffira d’enregistrer cette empreinte dans une blockchain robuste et immuable afin de répliquer l’enregistrement de cette empreinte dans une multitude d’ordinateur que l’auteur ne contrôle pas. Chaque enregistrement est daté puis répliqué au sein d’une multitude de serveur conservant la copie confidentielle de la création. La date et la preuve peut donc être attesté par l’intégralité des membres du réseau.

De cette manière, ni l’auteur ni personne n’auront la possibilité de modifier à postériori cet enregistrement. L'auteur pourra attester, grâce au réseau blockchain, la preuve de son antériorité.

 

Soleauchain a choisi d'accompagner les créateurs dans leur protection par Blockchain. La blockchain utilisée est Ethereum. Ce choix à été effectué en raison de la force du réseau représenté par le nombre d'ordinateurs participant. Elle bénéficie d’environs 7665 nœuds qui enregistrent et partagent la preuve d’une création de manière confidentielle afin de permettre aux auteurs d’assurer leur paternité. Pour voir l'ampleur du réseau et son nombre de noeuds c'est ici.

 

En plus d’être peu onéreuse cette solution permet de protéger les créations au fil de l’eau à chaque étape de son évolution.

Etant donné que les nœuds n’enregistrent que l’empreinte de la preuve des créations, celles-ci restent confidentielles et seule le déposant reste en possession de sa preuve garantie par la blockchain.