«Soleauchain lance le premier service de création de jetons non fongibles représentatif (NFT R)»

La startup Soleauchain a créé Tokenart, un service qui utilise des NFT, des jetons non fongibles pour représenter des œuvres d'art physiques.

 

La renommée croissante des NFT. Après une timide entrée dans le monde de l'art, les NFT ont gagnés un soutien qui a dépassé le cercle des passionnés de crypto-monnaie. On apprend par exemple que la street artiste française Pascale Boyart utilise les NFT pour donner une vie numérique à ses peintures murales. L'artiste Bishop propose, sous forme de NFT, des parties de son corps pour les recouvrir de tatouages. Le 14 décembre, une œuvre de l'artiste Beeple s'est vendue plus de 777 777 $. Si ces jetons sont populaires, c'est parce qu'ils permettent à une œuvre d'art numérique de devenir unique avec une propriété définie. Grâce aux NFT, il est désormais possible d'exercer un véritable droit de propriété sur un fichier numérique. En plus d'être rares, ils sont interopérables sur plusieurs plateformes augmentant leur visibilité et leur liquidité.

NFT sont pour l'art virtuel ce que les NFT R sont pour l'art physique. Les NFT sont presque exclusivement utilisés pour identifier des œuvres d'art virtuelles. En principe, l'artiste crée son œuvre numérique sur son ordinateur et la rend unique au moyen d'un NFT. Le NFT permet d'identifier un fichier numérique stocké sur son ordinateur ou une page web et de lui attribuer un droit de propriété qui permet à son titulaire de céder ce NFT. Ainsi, même si le fichier, comme tout fichier numérique, peut être répliqué très facilement, sa propriété, en revanche, ne peut être revendiquée que par celui qui possède le NFT. Seul le titulaire peut vendre ou échanger ce droit. Jusqu'à présent, cette possibilité n'était disponible que pour les œuvres virtuelles. Tokenart, un service développé par Soleauchain ouvre le champ des NFT aux œuvres d'art physiques à travers la représentation légale.

Un pont entre deux mondes. L'idée était de créer un pont entre les spécificités du token no fongible jusqu’ici réservé aux oeuvres d’art numérique et l'art physique. Désormais, les NFT peuvent également donner des droits sur des œuvres d'art physiques ! Clément Fontaine, enseignant chercheur en droit explique comment cela est réalisable : «Les titres représentatifs de biens physiques existent déjà en droit contemporain. Il fallait juste l'adapter à ce qui se passait dans le monde de la cryptographie ». Soleauchain combine le droit et la technologie pour permettre au monde de l'art d'acquérir des œuvres physiques tokenisé c’est-à-dire représenté à l’aide de Token Non fongible (NFT). La particularité de ces Tokens est qu'ils ne pointent pas vers l'image numérique de l'œuvre mais le certificat représentant l'œuvre physique. Lorsqu'un intéressé acquiert le jeton, il devient propriétaire de l'œuvre physique. Il est libre de venir le chercher, de le faire envoyer ou de le revendre.

Tous les avantages du NFT se répercutent sur l’oeuvre physique tokenisée. En plus des facilités de revente traditionnelles des NFT à travers de multiples plateformes telles qu'OpenSea, rarible ou mintables, le NFTR permet à ses créateurs de rester anonymes, de certifier l'œuvre d'art, de tracer sa vie sur le réseau Ethereum et de recevoir un pourcentage sur toutes les ventes secondaires. Le service tokenart adhère à cette pratique et offre la possibilité de percevoir des redevances sous forme de pourcentage sur les ventes secondaires.

Propriété et possession bénéficiaire. Afin d'offrir une grande flexibilité, l'artiste peut choisir de conditionner le droit de possession de l'œuvre, à un événement tel que la fin d'une date ou la fin d'une exposition, par exemple. Depuis, le propriétaire du NFT est propriétaire de l’œuvre mais doit attendre que la condition soit remplie avant de pouvoir l’exposer dans son salon! Cela facilite également la revente du Token avant la fin du terme !